Soirée du 12 Décembre 2018

Soirée de Noël, en présence de Jocelyn Vanel de la Maison Dugas

Madeira 10 ans Sercial Henriques&Henriques

Madère est une petite île rattachée au Portugal et située dans l’océan Atlantique, au large de l’Afrique. Le Madère est un vin, cuit ou fortifié, local, de la même famille que les Porto et les Xérès. La fermentation est arrêtée par mutage, c’est-à-dire l’ajout d’alcool de raisin. Puis le vin est conservé sous les toits durant l’été, la chaleur faisant évoluer la madérisation. Pendant l’hiver les tonneaux sont descendus au frais dans les chais. Les barriques sont donc déplacés 2 fois par an. Ces fortes évolutions de température sont l’une des raisons des caractéristiques spécifiques de ce vin. Aujourd’hui, certains domaines ne manipulent plus les barriques mais pratiquent l’étuvage. La société Henriques&Henriques a choisi de conserver ce mode de production traditionnel qui apporte selon eux une vraie personnalité gustative aux vins produits.

Les Madère sont en général en mono cépage, le Tinta Negra ou le Sercial. Ce dernier donne des vins de très grande garde, qui sont au départ acides et astringents, un peu comme les vins blancs servant à la production de Cognac. Le Sercial est très utilisé car il a une bonne résistance à l’oïdium et au mildiou, il s’adapte également très bien à l’altitude et aux variations de température.

Nez : riche, frais, fruité, notes de fruits à noyaux, fruits cuits, fruits secs, pruneaux, miel, noix, coing, kirsh

Bouche : ronde, grasse, fraîche, très longue, notes de fruits cuits, fruits à noyaux, coing, miel, noix, écorces d’orange

Balmenach-Glenlivet 12 ans Cadenhead 46%

La distillerie Balmenach est ce que l’on appelle un workhorse, un cheval de trait, elle ne produit pas d’embouteillage officiel, seulement des whiskies pour les blenders et les indépendants.

Cadenhead est un embouteilleur indépendant, le plus vieux puisque la marque a été créée en 1872. C’est un éleveur et un sélectionneur. Il réalise le vieillissement et la mise en bouteille des fûts sélectionnés. Il effectue ainsi des vieillissements sur mesure, le distillat est un squelette qu’il va habiller selon son interprétation, comme un grand couturier. Ainsi cet embouteillage a été vieilli en fût de Bourbon hogshead de 250-260L. Le rapport bois/alcool est ainsi moins important et favorable à l’alcool ce qui permet la mise en avant du distillat.

Glen signifie vallée en Gaëlique et Livet est le nom d’une rivière. The Glenlivet est aujourd’hui une marque, cependant le terme indiquant une provenance et une qualité, il y a parfois une tolérance d’utilisation en raison de l’ancienneté, ce qui est le cas pour cette cuvée.

Nez : frais, fin, léger, notes de fleurs blanches, fruits blancs, céleri, vanille, craie

Bouche : fraîche, fine, ronde, longue, notes de pomme, fruits blancs, céréales, épices, légère astringence

Clynelish 17 ans Chieftain’s 57,2%

Nez : très fermé puis ouverture, très complexe, subtil, fondu, notes légères de tourbe, fumé, fruits rouges, fruits exotiques, raisins secs, noisettes, cire d’abeille

Bouche : fine, longue, fraîche, ronde, grasse, notes de fumée douce, cire d’abeille, fruits secs, fruits exotiques, réglisse

Linkwood-Glenlivet 28 ans Cadenhead 58,4%

La distillerie Linkwood, comme Balmenach, produit peu de bouteilles officielles, une seule cuvée, le 12 ans. Elle participe beaucoup blend notamment Johnny Walker qui absorbe 99% de sa production.

Lors de la 2e guerre mondiale, le gérant de la distillerie est un capitaine britannique, qui revient très choqué des combats. Il refuse de modifier quoi que ce soit dans la distillerie, même les toiles d’araignée! Arguant que cela pourrait changer le goût du whisky. 15 ans plus tard il sera licencié.

A la sortie de l’alambic, le whisky titre entre 68 et 75°. Il est souvent réduit à 63,5, cette teneur permettant un bon échange avec le bois. En Ecosse, la perte d’alcool est de 0,5° / an. Ainsi au bout de 10 ans, le distillat a perdu 5° et se retrouve à 58,5. Dans le cas de ce whisky, il a été mis en fût directement à la sortie de l’alambic, sans réduction, certainement à un degré supérieur à 70°, ce qui explique qu’il titre encore 58,4 à 28 ans!

Nez : léger, frais, acidulé, pâtissier, notes de beurre, fleur d’oranger, pêche jaune, mangue, zan, vanille, boisé, coco

Bouche : riche, fine, élégante, délicate, très complexe, longue, grasse, grande cohérence, acidulée, pâtissière, notes de vanille, coco, pêche jaune, ananas cuit, mangue, légère astringence, pointe végétale

Une astuce lors de la dégustation d’un whisky complexe, recouvrez votre verre d’une carte à jouer, cela permet de concentrer les arômes.

On dit que les distilleries Linkwood et Mortlach étaient les préférées de Churchill.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.