Soirée du 10 Juillet 2019 – Les Gins

Le gin est élaboré à partir d’alcool de céréales agrémenté de baies de genièvre, qui sont en réalité les graines et non pas les fruits de l’arbuste. Ces graines étaient très utilisées dans le nord de l’Europe notamment au Benelux, pour leurs effets bénéfiques sur le corps humain. Elles favorisent la digestion, ce qui explique leur présence dans la choucroute et sont également désinfectantes, on les utilisait en onguents pour les plaies.

Au milieu du 16e siècle, un médecin les ajoute à de l’alcool distillé dans le but de créer un médicament. Le résultat étant gustativement bon, le produit se développe à partir d’alcool de tout type de céréales par macération des baies et prend le nom de Jenver. Au fur et à mesure de son développement, des aromates sont ajoutés, coriandre, anis, cumin, … Il est par la suite décidé que le genièvre demeurera l’ingrédient principal.

A ce jour, on produit du gin de deux façons, soit par macération des baies et aromates puis distillation soit par distillation et infusion pendant ou après des botaniques et aromates. Le gin, comme le whisky, doit titrer 40% d’alcool minimum. Il n’y a que très rarement des vieillissement en fût. Le gin est un alcool blanc mis en bouteille quelques semaines après la distillation.

La boisson est découverte par les anglais au milieu du 17e, lors de l’alliance entre le Royaume-Uni et la Hollande. Les hollandais consommait du Jenver avant le combat pour se donner du courage. Les anglais l’appelèrent la “deutsche courage”, elle devint la boisson des soldats. Apportée à la cour d’Angleterre, elle se popularise et devient la boisson des marins qui l’essaime dans les îles. A cette époque, le gin devait titre plus de 57,5% d’alcool afin d’être stocké à côté de la poudre sans risquer de la mouiller en cas de fuite du tonneau. On parle de gin navy strength.

Au 18e a lieu la 1e crise du gin, la moitié des foyers produisent leur propre boisson chez eux, très souvent de faible qualité, le bathe gin. Afin de limiter les risques sanitaires et de diminuer l’ivrognerie, le gouvernement édicte des lois, la production doit se faire dans des distilleries dans une limite de 10 000L/distillerie/an. L’opprobre ainsi jetée durera un siècle.

Au début du 20e commence l’ère dorée des cocktails. Le gin revient à la mode par les Indes. Dans ce pays, on consomme de la quinine pour éloigner les moustiques et éviter le paludisme. Afin de la rendre plus agréable, on la dilue dans du tonic auquel on va ensuite ajouter du gin.

Dans les années 70-80, la production est très élevée, la qualité diminue fortement. Les gens se détournent du produit, la consommation est pour l’ébriété, sans plaisir gustatif.

Dans les années 2000, démarre la 2e ère des cocktails, qui perdure aujourd’hui.

Normindia – Domaine Coquerel – 41,4%

Le domaine Coquerel a retrouvé une très vieille recette de fabrication de gin datant de la fin du 18e et a eu l’idée de l’essayer. Ce fut une réussite! Devant l’intérêt du produit, il fut décidé de le commercialiser. Il contient 8 ingrédients dévoilés dont le genièvre, la pomme, l’écorce d’orange, le girofle et la coriandre ainsi que 7 autres botaniques tenues secrètes…

Nez : agrumes (pamplemousse, mandarine), résine, végétal, fenouil, pomme verte, très aromatique, fin et gras

Bouche : ronde, douce, notes de mandarine, genièvre, réglisse, végétal, poivre doux, girofle, coriandre

Thomas Dakin – 42%

La distillerie est née dans le milieu du 19e, fondée par Thomas Dakin qui voulait produire des gins haut de gamme avec une personnalité. Il a choisi pour ses cuvées de mettre en avant un ingrédient spécifique. Pour celle-ci ils ‘agit du raifort.

Nez : sève de pin, genièvre, herbe fraîche, citron, eucalyptus, menthe, épices, écorce d’orange, coriandre

Bouche : ronde, fraîche, précise, notes de menthe, herbe fraîche, cardamome, poivre, coriandre, pointe de salé

Finale : longue, épices, coriandre, légèrement pimentée

Decroix – 45%

Le Domaine Decroix est en agriculture biologique et produit principalement des Cognacs. Lors de la transmission à la jeune génération, les enfants ont souhaité développer un nouveau produit en utilisant le poivrier de Sichuan se trouvant dans la cour du domaine.

Nez : poivre de sichuan, genièvre, solvant, citron vert, tabac froid, anis

Bouche : ronde, complexe, douce, grasse, notes de coriandre, menthe, anis, gingembre

Finale : longue, douce, fraîche, notes végétales, poivre de Sichuan, pointe salée

CannonBall – Edinburg – 57,2%

La distillerie se situe dans une toute pièce à l’arrière d’un bar à Edinburg. Elle a été créée en 2010. Aujourd’hui il s’agit de la 6e marque la plus vendue au Royaume-Uni. Son développement est limité par la place disponible et le choix des fondateurs de ne pas agrandir le lieu de production. Son autre particularité réside dans la très forte proportion de genièvre utilisée dans la fabrication, le double de celle habituelle, ce qui apporte de la puissance au produit.

Nez : fin, délicat, onctueux, très fondu, notes de citron, genièvre, grains de coriandre, pointe marine

Bouche : fine, précise, douce, belle acidité, notes d’épices, céréales, fermier, genièvre, gingembre, grains de coriandre, citron, pointe salée

Finale : tendue, fine, longue, avec des amers agréables, notes de poivre blanc, de girofle

Soirée du 26 Juin 2019

Food Pairing au restaurant le Tabagnon, Tassin

D’abord le menu :

Apéritif : Mannochmore 2007 10 ans Signatory Vintage

Entrée : Saumon gravlax et sa purée d’avocat – Teaninich 1999 16 ans Chieftain’s

Plat : Carré d’agneau, sauce au whisky, légumes croquants et purée de patate douce – Flatnose blended malt 46% pour la sauce – Glenrothes 1999 13 ans Chieftain’s

Fromages : Cheddar, Soumaintrain, Fumaison et Bleu de Termignon – au choix de chacun parmi les 3 whiskies dégustés

Dessert : Cranakan à la framboise – Porto Andresen blanc 40 ans

Puis la présentation des breuvages

Mannochmore 2007 10 ans Signatory Vintage 43%

Mannochmore est une distillerie “obscure”, elle se trouve sur le même site que Glenlossie mais n’est pas indiquée. Elle est détenue par le groupe Diageo. Elle fait partie des distilleries “cheval de trait” car ne produisant historiquement pas de single malt mais uniquement des blend. Elle ne produit pas d’embouteillage officiel, vous ne trouverez les malts que via les embouteilleurs indépendants tels Signatory Vintage.

Nez : fin et délicat, notes de réglisse, cardamome, écorce de citron

Bouche : fraîche et légère, notes d’écorce de citron, réglisse, finale longue, fine et précise

Teaninich 1999 16 ans Chieftain’s 48%

Teaninich se situe à Alness dans le Comté de Ross. La distillerie a quasiment toujours été en production sauf une courte fermeture pendant la 2e guerre mondiale, créée en 1817 par Hugh Monro de Teaninich (qu’on prononce “Tiann-inich” , elle se développe à grande vitesse. Elle se modernise régulièrement et est 1887 la seule distillerie au nord d’Inverness à disposer de l’électricité et du téléphone. Après de nombreux changements de propriétaires, elle est vendue en 1933 à la Scottish Malt Distillers Company Ltd, aujourd’hui Diageo. Elle ferme provisoirement en 1939 en raison des restrictions d’orge, pour rouvrir en 1946. Elle est rénovée en 1970 avec un nouveau bâtiment et des nouveaux alambics puis en 1973 pour les salles de broyage, brassage et fermentation. En 2014 un nouveau bâtiment est créé, la distillerie produit 10,2 millions de L par an mais les single malt sont très rares. Le liquide est utilisé notamment pour Johnnie Walker et VAT69. Teaninich ne possède pas de chai de vieillissement. Sa particularité réside dans un filtre à presse qui remplace les cuves de brassage. Elle est l’une des seules distilleries à en être équipée. Ce procédé est très utilisé pour les bières, il permet de produire du moût 2 fois plus rapidement. Il nécessite cependant d’utiliser une farine très fine, issu de moulins spécifiques.

Nez : fin et aromatique, un peu fermé puis gras et complexe, notes de malt

Bouche : riche, complexe, fine, notes de céréales, fruits jaunes, épices, poivre

Finale : longue et fraîche avec les fruits et le poivre

Glenrothes 1999 13 ans Chieftain’s 46%

La distillerie est située dans la ville de Rothes, sur la rive ouest de la rivière Spey, à 16km au nord d’Elgin, ce qui la place dans le triangle d’or du Speyside. Elle a été créée en 1878 par James Stuart, le propriétaire de Macallan. La 1e distilaltion a eu lieu le 28/12/1979, le jour de la catastrophe ferroviaire du pont Tay où ont péris 75 personnes. Certains y verront un funeste présage. Glenrothes vit en effet un démarrage chaotique puis une histoire mouvementée. Elle est reprise en 1884 par William Grant, le propriétaire de Glenlivet. Grant & Co fusionne en 1887 avec Islay Distillery & Co pour devenir Highland Distillers Company (HDC). En 1896, la distillerie est agrandie et accueille un 2e four à malt, le nombre d’alambics est multiplié par 2. Mais un immense incendie la ravage en 1897. Puis en 1903, se produit une importante explosion dans la salle des alambics. Et en 1922 a lieu un nouvel incendie important au cours duquel 900 000 L de whisky sont perdus, brûlés et noyés. Le propriétaire ne baisse toujours pas les bras et reconstruit une nouvelle fois. En 1963 il ajoute 6 nouveaux alambics. En 1989, il agrandit encore pour parvenir à 10 alambics et 5 millions et demi de L / an. La distillerie ne produit que pour les blends, Cutty Sark et Famous Grouse. Seuls 2 single malts seront embouteillés, un de 8 ans par Gordon & MacPhail en 1970 et un de 12 ans officiel en 1980. La distillerie est ensuite rachetée en 1999 par Edrington Group et Willion Grant & Sons, les propriétaires de Glenffidich et Balvenie. Ils décident de produire des single malts mais seulement des millésimés qui vont devenir une marque de reconnaissance. En 2010, Brothers & Rudd rachète la marque, Edrington Group continue de produire le distillat et eux s’occupe du vieillissement, de l’assemblage et de la mise en bouteille. Ce sont eux qui ont choisi ce flacon arrondi si particulier.

Chieftain’s fait référence au Chef de Clan des Macleod’s de l’Ile de Skye, d’où la maison Macleod prend ses origines. La gamme Chieftain’s Choice est géré par Anthony McCallum, le nez de la Maison Ian McLeod. Il s’agit de la sélection du chef, une sélection rigoureuse, parfois accompagnée d’affinages, sur les 20,000 fûts que la Maison a en stock ou en maturation à travers toute l’Écosse. Les fûts sont sélectionnés individuellement en fonction de la qualité des chacun d’entre eux afin de proposer ces embouteillages toujours millésimés.

Ce 13 ans a été vieilli en fût de sherry oloroso. Il s’agit d’un small batch de 2 fûts.

Nez : riche, complexe, fin, notes de fleurs blanches, écorces d’orange, chocolat noir, miel, amandes, noisettes, raisins secs, toffee, cuir, spéculoos, coté pâtissier, crémeux

Bouche : riche, ample, gourmande, longue, notes de prunes, pommes vertes, caramel, noisettes, raisins secs, dattes, cuir, quelques épices, un peu de fruits exotiques, noix

Finale : longue, notes d’oranges, chocolat, cuir, amandes

Flatnose blended malt 46%

La gamme Flatnöse a été créée par Donald MacKenzie, le Brand Ambassador de la Maison Dugas pour les whiskies. Le blended malt est assemblé à partir de 100% de Scotch Single Malt en provenance de chaque région de production et principalement d’Islay. Ainsi la tourbe est présente, de manière douce mais persistante, et équilibrée par des saveurs délicates de miel et de citron confit. Il est embouteillé au degré plus élevé de 46°, et non filtré à froid afin de garder les huiles naturelles de l’orge et du grain pour un goût plus riche et une meilleure persistance en bouche. Le whisky idéal pour les apéritifs afin de célébrer les anciens chefs de clan des îles hébrides qui se réunissaient sur l’île d’Islay, sous les ordres de Ketill “Flatnöse” Bjornsson, les premier seigneur des Îles.

Porto Andresen blanc 40 ans 20 %

La Maison Andresen est une des rares encore familiale et indépendante, elle se situe à Vila Nova de Gaïa. Elle a été créée par un danois, Joao Henrique Andresen, qui est tombé amoureux du Portugal et notamment de Porto. Il s’y est installé, s’est marié avec une fille de vigneron et a pris la nationalité portugaise.

Nez : fin, élégant, complexe, notes de fleurs blanches, fruits blancs, fruits secs, coing, miel, écorce d’orange

Bouche : ronde, ample, notes de fruits secs, coing, miel, belle acidité, équilibre

Soirée du 15 Mai 2019 : l ‘Océanie

Cette région regroupe actuellement l’Australie et la Nouvelle Zélande.

Hellyers Road Original 40 40%

La distillerie se situe sur l’île de Tasmanie, dans la ville de Burnie. Elle a été créée en 1997 par une coopérative laitière et a commencé à produire en 1999. Elle tire son nom de la route où elle se situe, qui est la première créée en 1827 par Henry Hellyer. En Australie, on ne trouve que des micro-distilleries artisanales, celle-ci est la plus grande avec 100 000 L de whisky produits par an. En France, on peut trouver 4 produits, Original 40, Pinot noir, Slightly Peated et 15 ans. Il existe de nombreuses autres versions mais qui ne sont pas exportées. Le Roaring 40 se nomme en raison des vents qui soufflent sur l’île à 40 km/h. C’est le whisky le plus léger de la distillerie et le plus connu.

La distillerie n’utilise que de l’orge et de la tourbe locale. Elle a également accès à une source de qualité. La durée de distillation est très longue, 24h contre 5h chez Ardbeg et 10h chez Middleton. Le vieillissement se fait en fût de Bourbons. L’île de Tasmanie présente un climat très différent de l’Australie et assez similaire à celui de l’Ecosse avec des températures fraîches et de l’humidité. Ces conditions permettent un vieillissement long comme en Ecosse.Les habitants sont d’ailleurs fiers de l’île encore très nature et sauvage.

En 2010, la distillerie a obtenu le prix du meilleur whisky d’Australie. En 2013, la version vieillie en fût de Pinot Noir a reçu le prix de meilleur nouveau whisky du monde.

Nez : agréable, doux, notes de fleurs blanches, pomme verte, poire, pêche blanche, céréales, fruits secs, bois grillé, cardamome, tilleul, amande industrielle, solvant, cire, pointe de vanille

Bouche : fraîche, ronde, suave, fruitée, pâtissière, notes d’amande friche

Finale : un peu courte, douce, notes d’amande fraîche, cire

Bakery Hill Peated 46 %

La distillerie est située en Australie, dans la ville de Victoria. La production de whisky dans ce pays est très récente. Il existe actuellement 10 distilleries en activité dont beaucoup sur l’île de Tasmanie, Lark, Sullivans Cove, Hellyers Road, Nant distillery, Willima MCHenry & Sons, Great Southern,… On ne trouve que les 3ères en Europe.

Bill Lark, le fondateur de la distillerie du même nom, est l’un des personnages primordiaux de l’histoire du whisky en Australie. C’est lui qui est parvenu à changer les usages et la législation sur la distillation et notamment la taille des alambics en 1992. Sans lui, la production serait toujours familiale.

L’étiquette affiche fièrement une pioche et une pelle qui sont les symboles des pionniers, elles symbolisent la volonté des fondateurs de la distillerie. Elle a été créée en 1999/2000. Le 1er single malt date de 2003, c’est le plus ancien d’Australie. L’objectif des fondateurs est de produire un whisky aussi grand et qualitatif que ceux d’Ecosse. Ils ont commencé par importer du malt et de la tourbe avant de se fournir en local. Le malt utilisé, le “schooner”, est australien, de même que la tourbe. Le vieillissement se fait en fût de Bourbon. Les embouteillages sont issus d’un seul fût. Leurs produits ne sont vendus en France que depuis 2010 car la demande locale est supérieure à l’offre, l’approvisionnement est compliqué.

Nez : puissant, dur, bois grillé, tourbe terreuse, tourbe carnée, herbe coupée, foin séché, poussière

Bouche : ronde, souple, tourbe carnée, salin, réglisse, frais

Finale : chaude, ronde, pointe tourbée, réglisse

Oamaruvian Cask Strength Double Wood Of 55,88%

Ce whisky vient de la ville d’Oamaru, située dans l’île sud. Il s’agit d’un produit un peu particulier, en effet il provient de la distillerie Willowbank qui a fermé en 2000. C’était la distillerie la plus méridionale du monde. Elle a entre autres produit le whisky Wilson’s et le 45 South. Elle fut fondée en 1974 à Dunedin par la famille Baker. Elle fut rachetée en 1980 par Seagram’s of Canada, le plus gros propriétaire de distilleries en Ecosse pour produire le whisky Lammerlaw du nom de la chaîne de montagnes voisine. Il a aussi produit la marque de single malt Milford avant de revendre en 1997 à Fosters qui fermera la distillerie en 2000 pour utiliser les alambics pour produire du rhum dans les îles Fidji.

Quelques années plus tard, Greg Ramzay, homme d’affaires australien passionné de whiskies, tombe par hasard sur une vente aux enchères des derniers fûts de single malt de la distillerie, 443 exactement. Il achète le lot et décide de le mettre en bouteilles sous la marque Nez Zealand Whisky. En raison de la rareté, les embouteillages sont issus d’un seul fût et les bouteilles ne contiennent que 50cl. Le degré est naturel. Les whiskies ont été vieillis 6 ans en fûts de Bourbon et 10 ans en fûts de vins de Nouvelle Zélande. L’objectif de Greg Ramzay est de construire une nouvelle distillerie sur l’île et de produire de nouveau du whisky en Nouvelle Zélande. A suivre…

Le whisky est arrivé en 1830 dans le pays avec les colons écossais. La réglementation s’installe en 1870 et induit une diminution très importante de la production. Celle-ci redémarre doucement en 1950 mais ne se développera jamais.

Nez : rond, puissant, riche, complexe, notes de vernis, fruits rouges, fruits secs, vanille, bois fraîchement coupé, mine de crayon, fruits cuits, épices, pâte de coing

Bouche : ronde, douce, fine, puissante, épaisse, précise, notes de fruits rouges, fruits secs, pâte de coing, vanille, épices

Finale : longue, riche, tendue, fruits secs, vanille, épices

Soirée du 13 Juin 2018

James Eadie X Blended 45,6%

James Eadie, le créateur de ce flacon est un ancien brasseur. En 1830, il achète des pubs dans lesquels servir sa bière. Puis il achète du whisky et réalise ses propres assemblages, devenant ainsi négociant avant de créer sa propre marque. En 1854 il dépose le premier logo de l’histoire du whisky.
Lors de la 2de Guerre Mondiale, tous les membres de la famille disparaissent et la production s’arrête. Le flambeau est repris en 2017 par un arrière-petit-neveu Rupert Patrick. Il retrouve les recettes et relance la marque. Cependant entre temps, 3 distilleries ont fermé. Certaines ont encore des stocks mais d’autres ont dû être remplacées. Ainsi on trouve dans ce produit pas moins de 12 malts différents dont notamment Littlemill, Cambus, Lagavulin, Craigellachie, Aberlour, Caol Ila.

Nez : doux, onctueux, notes de sucre d’orge, herbe sèche, poire, pointe de tourbe terreuse
Bouche : ronde, onctueuse, chaleureuse, nette et précise, notes de poire, de sucre d’orge, de tourbe fine, avec une pointe d’épices
Finale : longue, fine, souple, onctueuse

Caperdonich 18 ans 1995 Chieftain’s 48%

La distillerie Caperdonich fut fondée en 1897, elle est la jumelle de Glen Grant, installée de l’autre côté de la route et se nomma d’abord Glen Grant 2. Puis prit le nom du puits où l’eau était puisée, le puits de Caperdonich.

Les deux distilleries étaient reliées par un pipe-line qui était à l’époque désigné sous le nom de “whisky pipe” par les habitants de Rothes. La légende veut que les habitants de Rothes se servaient volontiers à partir du tuyau où ils avaient percé quelques trous, ce qui aurait eu comme conséquence quelques “inondations” dans la ville.

En raison de la surproduction la distillerie fut fermée de 1901 à 1965, date à laquelle elle fut restaurée et réouverte par “The Glenlivet and Glen Grant Distilleries Ltd”.

La distillerie fut ensuite reprise en 1978 par “The Chivas and Glenlivet Group (Seagram)” en même temps que Longmorn, Benriach, Glen Grant et The Glenlivet.
Il n’existe pas d’embouteillages officiels de cette distillerie, son propriétaire destinant l’ensemble de la production aux assemblages et aux embouteilleurs indépendants.

Nez : très aromatique, notes de pruneaux, dattes, pomme, poire, pêche jaune, noix de pécan, pâte de coing, tabac blond, cerise très mûre
Bouche : sèche, puissante, nerveuse, gourmande, notes de fruits mûrs, fruits confits, pâte de coing
Finale : chaude, longue, notes de fruits bien mûrs et d’épices

Auchroisk 24 ans Cadenhead 57,5%

La distillerie Auchroisk est récente, elle date de 1974. Elle fait partie de la vague de distilleries construites dans les années 1970 afin de fournir du whisky aux assembleurs de grandes marques. C’est une distillerie très moderne avec une gestion écologique des ressources et une intégration dans le paysage très réussie.

Le single malt d’Auchroisk est toujours utilisé principalement dans le blend J&B et il n’en a existé que très peu en versions officielles, dont la première était nommée Singleton car on estimait Auchroisk trop difficile à prononcer.

La distillerie a inventé un système original pour empêcher le wash de déborder durant la phase de fermentation. Contrairement aux autres distilleries qui utilisent un moteur rotatif entraînant une sorte d’hélice, Auchroisk a disposé 4 barres d’acier inoxidable au-dessus de chacun des washbacks. Dès que la mousse atteint l’une de ces barres, un mécanisme libère une solution à base de cellulose qui a pour effet de faire redescendre la mousse produite par la fermentation.

Nez : très aromatique, complexe, frais, fin, précis, notes de miel de châtaigner,  sirop d’érable, sève de pin, essence, rhubarbe, betterave, menthol
Bouche : complexe, puissante, notes de pomme verte, sève de pin, menthol, sirop d’érable
Finale : longue, fine, précise, fraîche, notes de menthol et de résine de pin

La précision et la lisibilité des arômes d’un spiritueux sont un gage de qualité.

Soirée du 16 Mai 2018

J.Michard 43%

Distillerie située à Limoges. A la base il s’agit d’une brasserie ouverte en 1987 tandis que la production de whisky est lancée en 2006. Utilisant des levures cultivées localement (Saccharomyces cerevisiae), la distillerie n’embouteille que des single casks réduits à 43%.

Nez : très aromatique
Notes de banane, savon à la lavande, lavande séchée, pâtissier, noix de coco, vanille
Bouche : sucrosité en attaque, banane, lilas, violette, herbe coupée
Finale : sèche, citron chimique, très courte, manque d’équilibre
Les notes de banane correspondent à des esters, certainement produits par la levure sélectionnée.

Glann Ar Mor Maris Otter 46%

Située à Pleubian (22), elle est le fruit du travail de Martine et Jean Donnay. Peu de temps après leur arrivée en Bretagne, ils créent la Celtic Whisky Compagnie en 1997, embouteilleur indépendant. Dès 1999, ils réalisent les premières distillations et Glann ar Mor débute son activité en 2004-2005.
C’est la variété d’orge ancienne, Maris Otter, qui est à l’honneur ici.

Nez : beurre, crème fermière, pâtissier fermier, croissant, poire, ananas, grenade, poivre, citron
Bouche : beurre, poire, pâtissier, citron, malt, biscuit aux céréales, pointe de noisettes torréfiées
Finale : biscuits aux céréales, beurre, poivre, citron, grenade, pointe de café, légère amertume

DHG Ceros (Corne) 54%

Née en 2009, la distillerie située dans l’Isère, a rejoint en 2017 Rémy Cointreau. Il s’agit d’une ferme-distillerie dont les céréales sont certifiées biologiques et utilise des fûts français. Le Ceros est un rye distillé deux fois ayant connu une maturation en fût de vin jaune.

Nez : noix verte, beurre, chlorophylle, levure, abricot sec, coriandre, céréales
Bouche : noix verte, beurre, céréales, abricot sec, orange, herbe séchée
Finale : pruneau, abricot sec, noix verte, chlorophylle

Soirée du 11 avril 2018

Box Dalvve, 46%

La distillerie Box est située sur les berges de la rivière Angerman à 480km au Nord de Stockholm, la plus au Nord du monde! Au niveau du 63e parallèle, qui traverse la distillerie et est symbolisé par une large ligne sur le toit!
Elle a été créée par Mats et Per De Vahl, 2 frères, en 2010. Le 1er embouteillage date de 2016.
Dalvve signifie “hiver” en sami, le dialecte des pays scandinaves. Ce nom est en lien avec la situation de la distillerie qui donne un climat rude et de fortes variations de températures entre l’hiver et l’été. Selon les fondateurs c’est l’une des raisons de la personnalité de leurs whiskies.
Cette cuvée est la première édition permanente de la distillerie, il s’agit d’un assemble de malts tourbés et non-tourbés, vieillis 5 ans en fûts de Bourbon.
La distillerie se visite et propose des dégustations sur place. Ils ont également créé la Box Academy qui vous accueille pour des formations d’une semaine pour vous apprendre à produire du whisky!

Nez : vanille, pain grillé, pâtissier, amande, citron, légère notes de végétal et de tourbe
Bouche : légère sucrosité en attaque, rondeur, gras, finesse, vanille, amande, pain grillé, un peu de tourbe fumée et saline
Finale : anis, poivre, légèrement piquante, saline, un peu sèche

Mackmyra Güldrok Small Batch 60th anniversaire LMDW 51.7%

Cette version a été créée pour La Maison Du Whisky à l’occasion de son 60e anniversaire.

Mackmyra est la plus ancienne distillerie suédoise, elle a été créée en 1999 et a commencé à produire en 2002, le temps pour les 8 amis à l’origine de mettre au point leurs “recettes” de fabrication de whisky.

Elle se situe à Mackmyra, petit village à 200km au Nord de Stockholm. Le premier bâtiment étant devenu trop petit, ils ont construit un nouveau tout en verre de 35m de haut appelé “Gravity”. L’orge entre au dernier niveau puis est transformé tout en descendant par gravité jusqu’au sol. Cela a permis à la distillerie de diminuer de moitié sa dépense énergétique.

La distillerie possède 6 lieux de stockage des whiskies, dont 1 en Allemagne. Le plus grand est celui dans les anciennes mines de fer de Bodas, à 50m sous terre où la température est de 10°C en permanence.

Les whiskies sont produits par l’une des rares femmes maître blender, Angela D’Orazio, une italo-suédoise.

Mackmyra utilise essentiellement des produits locaux, eau de source de Gävle, tourbe des tournbières de Karinmossen, orge locale fumée aux baies de genièvre, fût de chêne blanc Visingsö, ceux plantés par Bernadotte pour les vaisseaux de la marine! Cette variété de chêne contient une épice corsée qui donne un goût typique aux whiskies.

Mackmyra produit beaucoup de petites cuvées spécifiques, héritage de la petite taille de la distillerie d’origine. Depuis 2008 ils ont lancé la First Edition, une gamme régulière. En 2002, ils ont créé la “Mackmyra Reserve”. Ils proposent aux amateurs d’acheter leur propre fût de 30L et de le suivre de la production à la mise en bouteille. L’élevage dure entre 4 et 7 ans selon la cuvée choisie, la petite taille du contenant accélérant le vieillissement. Aujourd’hui, il y a environ 15 000 co-propriétaires dont le breuvage vieilli chez Mackmyra! Ce sont autant d’ambassadeurs de la marque…

La cuvée dégustée est un assemblage de malts issus de fûts de Bourbon dont certains avaient contenu du malt tourbé. Il s’agit d’un small batch limité à 300 bouteilles.

Nez : frais, tourbe fumée et médicinale, vanille, gingembre frais, fruits blancs mûrs, citron, réglisse
Bouche : nerveuse, tourbe fumée, artichaut, miel d’acacia, iode, amande, épices, un peu amer
Finale : un peu courte, sèche, alcool assez présent, tourbe végétale, amande, poivre, menthe, citron
Il semble que le whisky manque d’ouverture. A laisser respirer et redéguster dans quelques temps.

Kidalton 2007 Svenska Eldvatten, 56.8%

Eldvatten est un embouteilleur suédois indépendant, créé en 2011 par Tommy Andersen et Peter Sjögren. Ce dernier est également le fondateur du Club de Whisky de Göteborg. Eldvatten signifie “eau-de-vie” en suédois. A ce jour ils ont sorti une vingtaine de single casks. Ils proposent également d’autres spiritueux notamment une gamme de rhum, Rum Swedes/Weiron.

Kidalton n’est pas le nom d’une distillerie, Eldvatten ne met pas en avant l’origine de ses embouteillages. Cette cuvée fait références aux distilleries de Kidalton, ancien village du Sud de l’Ile d’Islay en Ecosse. Kidalton est le nom d’une croix celtique du VIIIe siècle qui se trouvait dans l’église locale. Elle est encore visible au Museum Of Islay Life à Port Charlotte. Les 3 distilleries de la région sont surnommées de ce nom, Lagavulin, Laphroaig, Ardbeg.

La rumeur autour de cette cuvée dit qu’il s’agirait de Lagavulin. La seule info officielle de l’embouteilleur indique qu’il s’agit d’une distillerie non-encore embouteillée par eux, ce qui exclut Laphroaig.

Ce que l’on sait avec certitude, elle a été distillée en août 2007 et mise en bouteille en septembre 2014 après un vieillissement en fûts de Bourbon.

Nez : fin, frais, fleurs blanches, poire, pomme, solvant, lacté, grain de café torréfié, impression de sucrosité
Bouche : riche, complexe, puissante, tourbé, fruits blancs, cardamome
Finale : poisson fumé, bois brûlé, suie

Soirée du 14 Mars 2018

Westland Peated 46%

Westland a été créé à Seattle Etat de Washington) en 2010 par Matt Hofman (maître distillateur, formé en Ecosse) et Emerson Lamb (qui ne fait plus partie de l’aventure). La spécificité de Westland est sa volonté de produire des Single Malts, avec des variétés d’orges locales, la collaboration avec les brasseurs de Seattle et même la fabrication de fûts en Quercus Garryana, variété protégée (on attend qu’il tombe). Une dimension locale mais un savoir-faire traditionnel donc.

Il s’agit ici de la version tourbée, une des 3 déclinaisons classiques de la distillerie. Elle a connu une maturation en fûts neufs et en fûts de bourbon de premier remplissage.

Nez : tourbe légère, chocolat au lait, céréales, lait, banane, coco, poivre, épices douces (muscade), miel, eucalyptus

Bouche : Tourbe légère, chocolat au lait, céréales, banane, muscade, miel, citron, eucalyptus

Finale : plus épicée, citronnée, tourbe un peu plus végétale, miel, coco râpée, eucalyptus

Sonoma Cherry Rye 47,8%

Sonoma County Distilling Co. dans le comté de Sonoma (Californie, Au Nord de San-Fransisco) a été fondé en 2010, peu de temps après que son fondateur (et distillateur), Adam Spiegel ait assisté à un de ses amis à distiller. Le broyage, le brassage, la fermentation, la distillation (pot still, chauffe directe), la maturation en fûts de chêne américain et l’emballage sont réalisés sur place.

Cette version est faite à partir de seigle, de blé et d’une portion d’orge fumée au cerisier. Le vieillissement a été de minimum un an dans des fûts neufs.

Nez : fruits rouges (cerise), fumée légère, céréales (seigle), cellulose/solvant, marron, mandarine, vinaigre de vin, lait, dattes

Bouche : cerise, seigle, fleurs blanches, marron, pointe fumée, mandarine, vinaigre (framboise, crème de balsamique), lait, cerise

Finale : cerise, pointe fumée, poivre, mandarine, épices lors de l’ajout d’eau

Dry Fly Cask Strangth Wheat 60%

Il s’agit d’une micro-distillerie née en 2007 sous la coupe de Don Poffenroth et Kent Fleischmann, dans l’état de Washington (à Spokane). Elle utilise des céréales locales.

Il s’agit ici d’une version réalisée à 100% à partir de blé.

Nez : kalamansi, meringue, noix verte, très sucré, eau de vie de citron

Bouche : kalamansi, meringue, blé sec, sel, poivre blanc, herbe fraîche, menthol, noix verte, sucrosité – l’ajout d’eau n’apporte pas de nouveaux arômes mais amplifie les notes d’herbe fraîche, de blé sec et de kalamansi

Finale : kalamansi, meringue, blé sec, poivre blanc, légère pointe végétale, menthol

Notes du 7/2/18

1e soirée de 2018 sur le thème de Campbeltown
Campbeltown est le nom d’une ville qui, par extension, a donné son nom à une langue de terre située dans la région d’Argyll et Bute qui avance dans la mer à l’ouest de l’Ecosse. A la fin du 19e, elle compte 34 distilleries ! Elle bénéficie en effet d’un climat propice à la culture de l’orge et de l’influence maritime idéale pour la maturation du Whisky.
La prohibition et la 1ere guerre mondiale ainsi que les nouvelles réglementations (obligation d’un vieillissement de 3 ans minimum en fût pour obtenir l’appellation whisky) font chuter ce nombre. Aujourd’hui il n’en reste plus que 3 : Springbank, Glengyle et Glen Scotia. Springbank produit par ailleurs trois types de whisky :
Hazelburn élabore en 3 distillations des whiskies non tourbés.
Springbank produit des whiskies légèrement tourbé en 2 distillations et demies.
Longrow propose des whiskies très tourbés réalisés en 2 distillations.

Kilkerran 12 ans 46%
Nez : tourbe légère et minérale, jus de poire, ananas, citron, crème à la vanille, herbes aromatiques, malt, amandes, menthol.
Bouche : tourbe minérale, jus de citron, nectar de poire, ananas rôti, iode – 2e partie, plus minérale, malt, citron, amandes, avec une belle matière.
Finale : moyenne avec une belle persistance citron, iode, tourbe végétale et minérale, amande amère, ananas.
Rétro-olfaction plus fumée (pointe d’anis), poivre blanc.

Historique :
1872 création de la distillerie Glengyle par William Mitchell suite à sa brouille avec son frère John. Il était le fondateur de la distillerie Springbank.
1925 fermeture de Glengyle
1941 Bloch bros. veut racheter Glengyle notamment les stocks pour ses assemblages, cependant le coup est excessif et le projet est abandonné.
1998 Il n’y a plus que 2 distilleries en activité à Campbeltown. La SWA (société régulatrice du whisky écossais) indique aux distilleries son intention de supprimer la délimitation de sa région et de l’intégrer au sein d’une autre région de production. Devant ce risque, le directeur de Springbank décide de racheter les bâtiments et terrains de Glengyle afin d’y produire de nouveau du whisky. Le rachat de la marque est trop onéreux ; ainsi naît Kilkerran en 2004.
Le 12 ans est leur première version régulière. Il est affiné à 70% en fût de Bourbon et 30 % en fût de Sherry.

Springbank 21 ans single cask 48.2%
Nez : fruits exotiques fruits secs, poisson blanc, citron vert, chocolat au lait, eucalyptus, épices douces (paprika, piment), pâte feuilletée, pierre froide, orange sanguine, fleurs (lilas, cerisier)
Bouche : encaustique, crème fermière, orange sanguine, chocolat au lait, citron vert, fruits exotiques fruits secs, malt, bois, carvi, truffe, mousse, huile à beignet
Texture riche et crémeuse.
Après dilution, notes de fougère, humus, eucalyptus, plus minéral
Finale : noix, orange sanguine, fruits exotiques (coco), citron vert, bois

Histoire
1828 naissance de William Reid, distillateur illégal et fondateur officieux de Springbank
1837 revente de Springbank à William et John Mitchell
Springbank est LA distillerie emblématique de Campbeltown, elle est dans la même famille depuis sa création et véhicule une image familiale et artisanale. Elle est la seule distillerie d’Ecosse à réaliser 100% du travail sur place, du maltage jusqu’à l’embouteillage.

Hazelburn 13 ans Oloroso 47.1%
Nez : toffee, corsé en alcool, métallique, fruits rouges (framboises en gaufrettes, fraise), marron, gras de la noix, chocolat noir, pointe de chlorophylle, cuir
Après dilution : pain de mie, cuir, shitaké, abricot sec
Bouche : toffee, cerise, chocolat noir, orange, malt, noix, chlorophylle, pâte d’amande
Après dilution : orange, chocolat noir.
Finale : assez longue, huile à beignet, abricot sec, chocolat, poivre, cuir, malt.

Hazelburn est la dernière-née de la distillerie Springbank (depuis 2005) et emprunte son nom à une distillerie fermée en 1925.

Notes de dégustation 2017