Soirée du 10 Juillet 2019 – Les Gins

Le gin est élaboré à partir d’alcool de céréales agrémenté de baies de genièvre, qui sont en réalité les graines et non pas les fruits de l’arbuste. Ces graines étaient très utilisées dans le nord de l’Europe notamment au Benelux, pour leurs effets bénéfiques sur le corps humain. Elles favorisent la digestion, ce qui explique leur présence dans la choucroute et sont également désinfectantes, on les utilisait en onguents pour les plaies.

Au milieu du 16e siècle, un médecin les ajoute à de l’alcool distillé dans le but de créer un médicament. Le résultat étant gustativement bon, le produit se développe à partir d’alcool de tout type de céréales par macération des baies et prend le nom de Jenver. Au fur et à mesure de son développement, des aromates sont ajoutés, coriandre, anis, cumin, … Il est par la suite décidé que le genièvre demeurera l’ingrédient principal.

A ce jour, on produit du gin de deux façons, soit par macération des baies et aromates puis distillation soit par distillation et infusion pendant ou après des botaniques et aromates. Le gin, comme le whisky, doit titrer 40% d’alcool minimum. Il n’y a que très rarement des vieillissement en fût. Le gin est un alcool blanc mis en bouteille quelques semaines après la distillation.

La boisson est découverte par les anglais au milieu du 17e, lors de l’alliance entre le Royaume-Uni et la Hollande. Les hollandais consommait du Jenver avant le combat pour se donner du courage. Les anglais l’appelèrent la “deutsche courage”, elle devint la boisson des soldats. Apportée à la cour d’Angleterre, elle se popularise et devient la boisson des marins qui l’essaime dans les îles. A cette époque, le gin devait titre plus de 57,5% d’alcool afin d’être stocké à côté de la poudre sans risquer de la mouiller en cas de fuite du tonneau. On parle de gin navy strength.

Au 18e a lieu la 1e crise du gin, la moitié des foyers produisent leur propre boisson chez eux, très souvent de faible qualité, le bathe gin. Afin de limiter les risques sanitaires et de diminuer l’ivrognerie, le gouvernement édicte des lois, la production doit se faire dans des distilleries dans une limite de 10 000L/distillerie/an. L’opprobre ainsi jetée durera un siècle.

Au début du 20e commence l’ère dorée des cocktails. Le gin revient à la mode par les Indes. Dans ce pays, on consomme de la quinine pour éloigner les moustiques et éviter le paludisme. Afin de la rendre plus agréable, on la dilue dans du tonic auquel on va ensuite ajouter du gin.

Dans les années 70-80, la production est très élevée, la qualité diminue fortement. Les gens se détournent du produit, la consommation est pour l’ébriété, sans plaisir gustatif.

Dans les années 2000, démarre la 2e ère des cocktails, qui perdure aujourd’hui.

Normindia – Domaine Coquerel – 41,4%

Le domaine Coquerel a retrouvé une très vieille recette de fabrication de gin datant de la fin du 18e et a eu l’idée de l’essayer. Ce fut une réussite! Devant l’intérêt du produit, il fut décidé de le commercialiser. Il contient 8 ingrédients dévoilés dont le genièvre, la pomme, l’écorce d’orange, le girofle et la coriandre ainsi que 7 autres botaniques tenues secrètes…

Nez : agrumes (pamplemousse, mandarine), résine, végétal, fenouil, pomme verte, très aromatique, fin et gras

Bouche : ronde, douce, notes de mandarine, genièvre, réglisse, végétal, poivre doux, girofle, coriandre

Thomas Dakin – 42%

La distillerie est née dans le milieu du 19e, fondée par Thomas Dakin qui voulait produire des gins haut de gamme avec une personnalité. Il a choisi pour ses cuvées de mettre en avant un ingrédient spécifique. Pour celle-ci ils ‘agit du raifort.

Nez : sève de pin, genièvre, herbe fraîche, citron, eucalyptus, menthe, épices, écorce d’orange, coriandre

Bouche : ronde, fraîche, précise, notes de menthe, herbe fraîche, cardamome, poivre, coriandre, pointe de salé

Finale : longue, épices, coriandre, légèrement pimentée

Decroix – 45%

Le Domaine Decroix est en agriculture biologique et produit principalement des Cognacs. Lors de la transmission à la jeune génération, les enfants ont souhaité développer un nouveau produit en utilisant le poivrier de Sichuan se trouvant dans la cour du domaine.

Nez : poivre de sichuan, genièvre, solvant, citron vert, tabac froid, anis

Bouche : ronde, complexe, douce, grasse, notes de coriandre, menthe, anis, gingembre

Finale : longue, douce, fraîche, notes végétales, poivre de Sichuan, pointe salée

CannonBall – Edinburg – 57,2%

La distillerie se situe dans une toute pièce à l’arrière d’un bar à Edinburg. Elle a été créée en 2010. Aujourd’hui il s’agit de la 6e marque la plus vendue au Royaume-Uni. Son développement est limité par la place disponible et le choix des fondateurs de ne pas agrandir le lieu de production. Son autre particularité réside dans la très forte proportion de genièvre utilisée dans la fabrication, le double de celle habituelle, ce qui apporte de la puissance au produit.

Nez : fin, délicat, onctueux, très fondu, notes de citron, genièvre, grains de coriandre, pointe marine

Bouche : fine, précise, douce, belle acidité, notes d’épices, céréales, fermier, genièvre, gingembre, grains de coriandre, citron, pointe salée

Finale : tendue, fine, longue, avec des amers agréables, notes de poivre blanc, de girofle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.