Soirée de Mars et d’Octobre – l’Inde

Amrut Single Malt 46%

Amrut signifie “nectar des Dieux” en sanskrit.

La distillation est arrivée en Inde dans les années 1850-1870, sous l’impulsion des anglais, français et portugais. Ils ont commencé par produire des vins de fruit et bières de coco avant de les transformer en whisky pour les anglais au Nord et en Brandy (eau de vie de raisin) pour les français et portugais au Sud.

L’Inde est le 1er marché au monde en terme de consommation de whisky et représente 1/3 des ventes internationales. Cependant, traditionnellement le “whiskey” indien est un mélange d’alcool de canne à sucre, de caramel et d’arômes… Il y a peu de réglementation hormis sur le degré d’alcool. Dans les années 1970, il y eut une hausse du niveau de vie et de fait des attentes des consommateurs, qui recherchent des produits de meilleure qualité. Les breuvages proposés sont devenus des malt mélangés à de la mélasse. La société Seagram est arrivée sur le marché et a proposé des whiskies de grain qui ont été très appréciés. La diminution de la vente des malt dans les années 1990 a permis le début des essais de vieillissement.

Amrut se situe à Bangalore, la 3e ville de l’Inde, dans le sud du pays, à 1000m d’altitude. Le climat est tropical, présentant des températures élevées et des variations fortes, une hygrométrie inmportante et très variable. Ces conditions induisent un vieillissement plus rapide des distillats et une part des anges très forte, de 12 à 16% par an, contre 2 à 4% en Ecosse. Les whiskies indiens sont de fait jeunes, souvent aux alentours de 5 ans. Des essais sont en cours pour des vieillissements de 8 à 10 ans mais les quantités obtenues sont faibles et les prix élevés.

La distillerie fut fondée en 1948, juste après l’indépendance de l’Inde par un groupe pharmaceutique. Leur 1er client est l’armée indienne puis ce furent les bars et magasins locaux. Les quantités produites étaient insuffisantes pour exporter. Puis en 2004, les 1ers produits arrivent en Angleterre dans des épiceries indiennes et en France en 2007, qui est devenu le plus gros marché européen. Aujourd’hui ils vendent à l’export et peu sur le marché local, seulement le single malt classique en brique de 20cL…

Au départ, la distillerie produit des blend et se lance dans les single malt en 1980. Aujourd’hui, outre les whiskies, elle produit également du rhum, du brandy, du cognac, de la vodka, du gin. En 1976, à la mort du fondateur, elle est reprise par son fils, qui est le PDG actuel. Il développe l’international et met en oeuvre des améliorations de la qualité et des process de fabrication. Il installe également un nouveau chai pour continuer d’augmenter la production. En 1998, il prend la décision de produire des single malt 100% indiens suivant la législation écossaise, les 1ers sortent en 2004. Ils sont élus meilleurs du monde en 2010 par Jim Murray.

L’orge utilisée est produite dans des champs du Penjab au pied de l’Himalaya. Le maltage se fait à Jaipur et à Delhi. L’eau provient d’une source des contreforts des montagnes, située à 15km de la distillerie. Seule la tourbe n’est pas indienne et provient d’Ecosse.

La distillation dure 17h, seulement 19% du coeur de chauffe est conservé. La distillerie possède 4 alambics de 5000L dont 2 petits wash still et 2 grand spirit still avec des cols ascendants pour obtenir des arômes floraux et légers. La plupart des fûts utilisés sont des ex-Bourbon, quelques fûts de Sherry,  de Porto servent pour des finitions pour des séries limitées. Amrut est une distillerie traditionnelle, elle emploie 500 personnes, principalement des femmes, la quasi-totalité du travail est fait à la main. Elle propose à ce jour 5 références permanentes, le Single Malt classique qui est sa signature, la cuvée Fusion, la cuvée Peated, Cask Strength et Cask Strength Peated. Elle produit beaucoup de séries limitées et expérimente des viellissemennts dans d’autres pays, en assemblage avec des malts viellis en Inde, telles l’édition limitée Two Continents.

La distillerie se visite, il est conseillé d’y aller le soir car, selon le directeur, “les vapeurs de malt dégagent une odeur si douce et sucrée que les singes font leur sieste sur les cuves de brassage”. Ainsi les portes étant ouvertes, les singes se promènent et prennent leurs quartiers dans les bâtiments le soir.

Nez : fin, délicat, pointe de solvant au départ qui se dissipe à l’aération, notes de fleurs blanches sucrées, fruits blancs, fruits jaunes, fruits exotiques, fruits secs, céréales, alternance entre des notes acides (craie) et sucrées, cumin, café grillé, boisé

Bouche : douce, ronde, fluide, notes de fruits exotiques, un peu aqueuse

Finale : épices douces, bois, un peu séchante, courte, manquant un peu de complexité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.