Soirée de Juillet – Whiskies estivaux

Chaque année, le Lyon Whisky Club prend une pause estivale en juillet et août. D’une part, beaucoup d’adhérents sont en congé d’autre part, on dit que le whisky se boit plus difficilement l’été en raison de la chaleur.
Depuis 2 ans, nous avons décidé d’ajouter une session début juillet, avant les grands départs en vacances. Il s’agit de soirées “bonus”, ne portant pas sur le whisky mais sur d’autres spiritueux. Ainsi l’an dernier, nous avons goûté des Gins et cette année nous devions découvrir les Armagnac.
Cependant la situation sanitaire en a décidé autrement. La session Armagnac a été reportée à juillet 2021.
A la place, j’ai choisi de faire mentir cet adage selon lequel le whisky et la chaleur ne faisait pas bon ménage et de découvrir des breuvages fins, légers, parfumés que l’on peut apprécier en plein été, à l’ombre toutefois.

Batch N°26 Tasty Creation Jean Boyer 43%

Jean Boyer est un embouteilleur indépendant de pastis et de whisky, existant depuis le milieu des années 1960. La structure est située à St Geours de Maremme, dans les Landes. Au départ, les whiskies embouteillés sont importés d’Ecosse depuis les plus grandes distilleries. Petit à petit, Jean Boyer commercialise ses sélections sous ses marques propres et devient un spécialiste des blended malt. Jusqu’en 1987, il est le 1er embouteilleur français indépendant. En 1994, la société est reprise par Jean-Marie Kovacs qui va développer la gamme notamment sur les rhums et les eaux-de-vie.

En 2015, Dominique Ribereau-Gayon, oenologue expert et renommé, reprend l’entreprise. Il diversifie et structure la gamme, notamment les whiskies, mettant en place les “Batch”, “Tasty Creations”, “Best Casks”, “Collection d’anthologie”,… pour différencier les whiskies plaisir de ceux haut de gamme et développe les embouteillages de whiskies français. La société achète les distillats en cours de vieillissement et s’occupe de terminer la maturation, les finitions, réductions, assemblages et mises en bouteilles. Aujourd’hui, la société comprend 10 personnes et produit environ 150000 bouteilles par an avec notamment pas moins de 12 pastis différents ! Elle ne vend qu’en circuits spécialisés, cavistes, CHR et rien en grande distribution.

Son autre spécificité est le Puit Jean Boyer. Il s’agit d’un meuble en bois, comprenant 3 cuves en verre contenant chacune un whisky différent. Le breuvage est sélectionné par le caviste parmi un choix catalogue afin de correspondre aux goûts de ses clients. Le client choisi le produit de son choix et la bouteille est remplie et étiquetée devant lui. Il peut ensuite rapporter la bouteille et soit reprendre le même produit soit goûter les autres.

Jean Boyer propose des whiskies tout en finesse et en délicatesse, avec un rapport qualité/prix intéressant.

Nez : frais, léger, notes végétales, fleurs blanches, poire, pêche blanche, encaustique, badiane, amande, sous-bois, girofle

Bouche : douce, fluide, fraiche, légère sucrosité, légère rondeur, notes de poire, pêche blanche, pointe végétale, noyaux de cerise

Finale : douce, fluide, fine, pointe d’épices douces, cumin, malt, légère amertume, amande amère

Genallachie 1996 19 ans Signatory Vintage 43% 

Glenallachie signifie Vallée des Roches en gaëlique. La distillerie est située dans le Speyside, au sud du village d’Aberlour. Elle fut conçue en 1967 par l’architecte William Delmé-Evans qui a également dessiné Tullibardine et Jura pour MacKinlay Mac Pherson et produit son premier jus en 1969. En 1985 elle est vendue à invergordon Distillers qui arrête la production avant de la fermer en 1987. En 1989 la distillerie est reprise par Campbell Distillers (Pernod Ricard) et remise en production exclusivement pour fournir du blend pour les cuvées Clan Campbell et House of Lords. Le 1er single malt est produit en 2005, il s’agit d’un distillat datant de 1989 et mis en bouteille apr Chivas Brothers, en Cask Strength Edition. En 2017, la distillerie et la marque sont revendues au consortium Glenallachie. Cette société rachète également des stocks importants, plus de 100 000 fûts, ce qui permettra la mise en bouteille de 12 ans, 18 ans et 21 ans immédiatement. En 2019, pour les 50 ans de la distillerie, une édition limitée de 6 embouteillages de fûts individuels a été réalisée.

Cette société a été fondée par Billy Walker, actionnaire majoritaire, ancien propriétaire de Benriach Distillery Company. Après 40 ans chez Benriach, il revend la distillerie en 2016 à Brown Former Corporation pour 285 millions de livres, une somme qui lui permet d’avoir une belle trésorerie pour son nouveau projet. Il est associé avec Trisha Savage avec qui il a travaillé chez Burn Stewart Distillers et chez Benriach où elle a beaucoup contribué à la création et à l’expansion de la marque. Le 3e associé est Graham Stevenson de Inver Gordon Distillers. Leur objectif est de créer et développer une entreprise écossaise de whisky écossais basée en Ecosse et indépendante. L’idée est de faire d’une distillerie inconnue un succès commercial, comme pour Benriach, tout en produisant des whiskies de qualité à des prix raisonnables.

La distillerie bénéficie d’une eau pure, provenant de la rivière Burn Water qui prend sa source dans les Mont Ben Rinnes. La distillerie achète le malt et réalise ensuite toutes les opérations  du brassage jusqu’à la mise en bouteille. Les fermentations sont effectuées dans 6 cuves de 6000L, elles sont très longues et durent 140h. Selon la distillerie, cela permet d’obtenir du corps et des notes florales. La distillation s’effectue à l’aide de 2 wash still et 2 spirit still. Ces alambics disposent de condenseurs horizontaux et non pas verticaux, cela permet de faire varier la température de refroidissement et d’obtenir des distillats différents, très charnu si la température est élevée et sur le fruit si la température est plus basse.

Nez : un peu fermé puis rond, riche, gourmand, gras, pâtissier, beurré, notes de pomme, amande, tarte bourdaloue, vanille, épices douces

Bouche : ronde, simple, piquante, aqueuse, peu aromatique, décevante

Finale : un peu chaude, épicée, manquant d’équilibre

Penderyn Peated 46%

Le Penderyn est dit le whisky le plus doux du monde, il se revendique artisanal, fin, léger et fruité.

En gallois, Penderyn signifie village, il s’agit de l’un des rares whiskies produits dans le Pays de Galles, on parle à son propos de Welsh Whisky.

Penderyn est une vieille distillerie du 19e qui a fermé en 1903. En 1995, un entrepreneur décide de relancer Penderyn. Il commande un alambic sur mesure à David Faraday, un descendant de Michael Faraday. Cet alambic est atypique, il est en partie basé sur le modèle Coffey. Il est composé d’une partie chaudière en oignon en cuivre à repasse, surmontée d’une colonne de distillation en continu. Il permet d’obtenir un distillat très pur titrant à 92%, réduit ensuite à 63.4% pour le vieillissement. Il ressemble un peu à une fusée de 3 étages. Cette forme permet de distiller d’autres alcools que le whisky.

Mais cet alambic s’il fut bien livré ne sera pas monté, en attendant sa commande, l’entrepreneur a décidé d’acheter des eaux-de-vie écossaise, de les aromatiser avec des épices avant de les embouteiller et de les vendre comme welsh whisky… cette pratique interdite est découverte et le fraudeur se retrouve en prison.

L’idée de relancer Penderyn est reprise par 2 amis du village, notamment la propriétaire du pub local. Ils rachètent l’alambic puis découvrent une source à l’entrée du village. Ils construisent des bâtiments, remontent et mettent en fonctionnement l’alambic, achètent des fûts,… et se retrouvent à cours d’argent. Ils décident alors de s’associer avec un millionnaire de la ville voisine de Cardiff ce qui permet de lancer la production.

Au départ, la bière d’orge était achetée à un pub de Cardiff, depuis 2014, le brassage se fait sur place. Le vieillissement se fait en fût de Bourbon Evan Williams, un clin d’oeil, puisque cette distillerie fut fondée par des gallois. L’embouteillage est réalisé sur place en totalité. Penderyn produit toujours d’autres alcools, avec son alambic atypique, notamment gin, vodka et liqueurs.

En 2000, Jim Swan devient le master distiller de la distillerie. Il met en place de nouveau type de finition de 6 à 24 mois en fût de Porto, Madère,… En 2013, un second alambic Faraday est mis en service. En 2014, 2 alambics pot still font leur apparition. Penderyn produit 150 000 bouteilles par an. Aujourd’hui l’équipe en charge de la distillerie est exclusivement féminine, comprenant Laura Davies la manger, Aista Jukneviciute la master distiller et Bethan Morgans, son assistante.

La cuvée Peated est atypique tant pour Penderyn que pour le monde des whiskies tourbés. Elle n’est pas réalisée à base d’orge tourbée mais par vieillissement dans un fût ayant contenu du whisky tourbé souvent de l’île d’Islay, ce qui explique sa légèreté et sa finesse. A l’origine, en 2005, il y a eu une erreur de livraison de fût, l’un provenant de Kilchoman, qui a créé cette cuvée.

Nez : notes de solvant marquées qui partent à l’aération, riche, fin, complexe, notes de bonbon arlequin, banane, sel, tapenade d’olives noires, baton de réglisse, fruits à l’eau-de-vie, noyau de cerise, cassis, camphre, pomme, poire

Bouche : suave, souple, riche, ronde, presque sucrée, équilibrée, notes de fruits blancs, camphre, tourbe légère

Finale : riche, ronde, longue, fine, notes végétales, bourgeon de cassis, fumée, terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.